Ecrivain et homme politique sénégalais (1911-1973). Ousmane Diop avait écrit, lorsqu’il était étudiant à Paris, sous le nom d’Ousmane Socé, deux romans : Karim, et Mirages de Paris, dont le premier obtient une consécration tardive avec l’attribution, en 1950, du grand prix littéraire de l’AOF. Il rédige ensuite Contes et légendes d’Afrique Noire.

OUSMANE SOCÉ DIOP, l’élégance saint-louisienne…

Avec Ousmane Socé Diop, la vieille ville pouvait s’enorgueillir de tenir le premier vrai écrivain autochtone dont
l’ouvrage, « Karim », encore d’irriguer la littérature africaine d’expression française par sa splendeur. C’est véritablement le premier roman sénégalais reconnu pour sa densité thématique. C’est ce qui explique que ce roman est toujours enseigné dans les écoles élémentaires, collèges et universités africains.

Ousmane Socé Diop est également l’auteur de nombreux poèmes publiés dans le recueil « Rythme du khalam » en 1962 mais aussi dans des ouvrages comme « Contes et légendes d’Afrique Noire » en 1942. Cependant, l’auteur le plus représentatif de cette époque qui va de 1960 aux années 80 demeure sans aucun doute Malick Fall, prématurément arraché aux Lettres Africaines en juillet 1978. Avec son roman « La plaie », il demeure l’un des écrivains sénégalais les plus rigoureux sur le plan de l’écriture.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici