Au fil des baisses successives du nombre de patients traités pour le coronavirus en réanimation, la France se déconfine. Et donc le sport. Alors que les saisons professionnelles ont été stoppées et que de nombreux clubs ont déjà repris l’entraînement en vue de la saison prochaine, Matignon annonce que les activités de sports collectifs seront de nouveau autorisées à partir de ce lundi.

Une différence entre haut niveau et loisir pour les sports de combat
Il sera donc de nouveau possible pour les non professionnels – les professionnels ayant déjà la possibilité de s’entraîner – de reprendre le football, le rugby, le basket, le handball, le volley et autres sports collectifs. Le tout, toujours « avec des mesures de préventions adaptées aux différentes catégoriques d’activités concernées ». En revanche, les entraînements de sports de combat sont autorisés avec contact pour les sportifs de haut niveau, mais pour la pratique loisir.

« Pour les sports de combat, une nouvelle décision sera prise lors d’une prochaine phase de déconfinement, indique le ministère des Sports. Pour l’heure, la pratique de ces disciplines de corps à corps n’est pas possible sous leur forme codifiée et doit continuer de prendre la forme d’une pratique alternative. »

Réévaluation mi-juillet pour un assouplissement

Une annonce qui n’est pas venue seule. L’autre bonne nouvelle pour le monde du sport, c’est le retour imminent du public dans les stades. Matignon annonce également une réouverture des stades et hippodromes avec une jauge maximale de 5.000 personnes à partir du 11 juillet. Les tribunes ne seront évidemment pas pleines. Mais d’éventuels matchs amicaux de préparation voire la reprise des championnats pourraient donc connaître quelques clameurs.

Roland-Garros, programmé à partir du 27 septembre, pourrait même se jouer devant davantage de personnes encore. « La jauge maximale de 5.000 personnes pour les grands événements, les stades et salles de spectacle est en principe en vigueur jusqu’au 1er septembre. Un nouvel examen de la situation épidémiologique nationale sera réalisé mi-juillet pour décider si un assouplissement est possible pour la deuxième partie du mois d’août ».

Rmc

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici