Revoilà Rangou ! Elle s’est encore retrouvée dans des situations à scandale. Ce qui lui vaut d’ailleurs une interpellation. Malgré les mesures restrictives prises en cette période de pandémie, l’ancienne animatrice s’est arrangée pour organiser un « Yendu-party », qui était prévu hier mercredi 27 mai, à l’hôtel Ngor-Timis. Seulement, elle n’aura pas le temps de dérouler son programme jusqu’à terme. Mata Badiane, plus connu sous le célèbre pseudonyme de Rangou, a reçu la visite des policiers de la cybercriminalité, qui ont interrompu une fête qui s’annonçait déjà belle.

Les forces de l’ordre comptent faire respecter la mesure interdisant toutes les manifestations et tous les rassemblement de personnes dans les lieux ouverts ou clos sur l’étendue du territoire national pour des raisons liées à la propagation du Covid-19. Les éléments de police de la Division de la lutte contre la cybercriminalité, une branche de la Dic (Division des investigations criminelles) qui ont reçu une information anonyme, ont fait une descente sur les lieux, avant de cueillir l’organisatrice de la cérémonie, Rangou et plusieurs autres personnes qui étaient venues participer à ce « Yendu-party ». Elles sont actuellement en position de garde à vue dans les locaux de la division des investigations criminelles (Dic) pour les besoins de l’enquête.

Mata Badiane alias Rangou était dans la ligne de mire des enquêteurs de la police suite à une plainte de l’Ong Jamra pour outrage aux bonnes mœurs. La jeune fille de 25 ans avait décidé d’organiser une soirée privée dont l’entrée était fixée à 200 000 francs Cfa. Sur l’affiche, on la voit en body-suit en dentelle de couleur chair. Une photo très suggestive qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Après la plainte de l’Ong Jamra contre l’ancienne animatrice de le SenTV, cette dernière avait présenté ses excuses aux membres de l’organisation et à son président, Mame Makhtar Guèye, qu’elle avait accusé auparavant de fréquenter sa maison régulièrement.

Aujourd’hui, la sulfureuse Rangou s’est fourrée dans une nouvelle affaire qui pourrait lui coûter cher.

L’Observateur

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici