Au Sénégal nous avons un véritable problème avec les chiffres officiels. Chaque fois qu’un chiffre est donné, il faut le prendre comme une extrapolation et lui enlever un zéro. « La DER a créé 200.000 emplois » se comprend par « la DER a créé aux environs

de 20.000 emplois ».

Durant le Covid-19, un chiffre de 1000 jeunes a été annoncé, mobilisés dans les différentes zones médicales dans le cadre de l’approche communautaire. Ce que nous avons eu de réel dans notre zone est un nombre de moins de 50 jeunes qui parcouraient la

zone et entraient dans les maisons par grappes de 5.

Le problème principal est que l’autorité suprême n’a jamais les vrais chiffres. elle trouve sur sa table des chiffres manipulés, extrapolés à chaque étage du circuit administratif. Finalement l’autorité n’a jamais en main toutes les bonnes données pour

prendre la bonne décision.

Les chiffres font le développement. Ils permettent une bonne connaissance des situations et une prise de décision beaucoup plus crédible. Tant que les chiffres sont manipulés, les décisions sont biaisées car en totale déphasage avec les réalités du

terrain.La gestion est un triptyque : information-décison-contrôle. Les chiffres occupent une place prépondérante informations, du coup pas de bons chiffres point de bonne décision.

Taffa Gueye/saillies du profane

M.B. Ndiaye/archipo.info

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici