La question de l’émigration clandestine s’est invitée hier lors du face à face du gouvernement avec la presse. Interpellé sur le phénomène, le ministre de la Formation professionnelle et Technique a dégagé quelques pistes pour les jeunes.

« C’est vrai que le manque d’emploi est une des causes qui poussent les jeunes à tenter l’émigration clandestine. C’est pourquoi l’accent que nous avons mis sur la formation professionnelle et technique devra nous permettre d’améliorer le taux de qualification des jeunes sénégalais. Cela permettrait à ces jeunes d’accéder à l’emploi. L’employabilité est un préalable fondamental pour l’obtention d’un emploi descend », a fait savoir Dame Diop.

A en croire le ministre, le Sénégal doit régler la question de l’emploi à partir de l’entreprenariat. « En 2012, le Sénégal avait 37. 114 emplois formels répertoriés. Nous en avons fait en 2019 : 65. 404 emplois. Cela voudrait dire que nous avons fait un bond qualitatif. Donc, si seulement la question de l’emploi était la cause de l’émigration clandestine, on aurait moins de départ à ces temps-ci. C’est pourquoi nous pensons que le manque d’emploi ou l’insuffisance de revenues pour les emplois créés est une cause. Mais elle n’est pas la seule cause», souligne Dame Diop qui invite les Sénégalais à participer à la sensibilisation.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici