Apres les centaines de morts qui tentaient de rejoindre l’ Europe par la mer la surprise de la douleur fait place à l’inquiétude dans de nombreux villages.

Un tour dans les localités au sud de la commune de Mekhe permet de prendre connaissance de l’ampleur des dégâts. De Palmeo dans la commune de Ndande a la commune de Meouane des familles sont toujours sans nouvelle de leur fils, dans toutes les maisons des parents éplorés refusent d’accepter la réalité et espèrent toujours un coup de fils de leur proche . Madame Fall une mère que nous avons rencontrée nous confie entre deux sanglots que son petit fils a pris la mer, Son seul espoir reste les prédications d’un marabout qu’elle est allée voir.

La situation est pareille chez d’autres familles qui ont organisé des funérailles mais qui attendent toujours un miracle.

Si l’exode rural était devenu un mal nécessaire la mort de ces dizaines de jeunes à la recherche de lendemain meilleur n’a pas pour autant décourage certains qui clament tout haut qu’ils sont toujours candidats a l’aventure.

OUSSEYNOU DIALLO/archipo.info

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici