Un arrêt brusque de l’épidémie. Le virus disparaît comme il est apparu après avoir fini son travail sur terre. Les dégâts se limitent à ce que nous avons déjà vécu et le temps du coronavirus passe juste comme une parenthèse.
Il faut véritablement être très optimiste pour croire à cela. Même si c’est la seule chose de bien qui puisse nous arriver. Nous tirons alors les bons enseignements du coronavirus et nous réajustons nos quotidiens pour ne plus vivre un temps pareil.
Maintenant qu’est-ce qui peut nous arriver de pire?
Le virus continue son maillage du territoire, s’installe et atteint le maximum possible de Sénégalais. La sélection de l’espèce se met en branle, les plus faibles meurent, les plus forts survivent. Ainsi chaque individu est atteint dans son intimité car lui ou un proche est passé à la trappe. À la fin, les survivants réapprennent à vivre en se rappelant les dégâts humains du Covid-19.
Ce n’est pas être trop pessimiste que de penser pareil. Notre système sanitaire est saturé. Notre personnel de santé est lessivé. L’axe central de notre système de défense va bientôt s’effondrer et nous laisser entre les mains du virus qui prendra plaisir dans le massacre.
Sauf si un vaccin est trouvé et rendu accessible. Sauf que le vaccin a été vampirisé par les rumeurs, intox et infox.
Taffa Guèye, Saillies Du Profane
Grand-Dakar

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici