Les belges ont l’habitude de vivre sans gouvernement ou sans ministre. Et pourtant le quotidien de l’État ne ressent pas un manque capital qui exige des précipitations dans la nomination et la mise en exécution des urgences par des hommes et femmes qui font la fonction de ministre.

En fait l’État n’est pas tenu par les ministres qui ne sont justes que des exécutants de la politique définie par un Président, mais l’État est administré par les hauts fonctionnaires qui sont les bras valides et incontournables de la République. Ils sont en fait la machine de l’État.

Au Sénégal, ces hauts fonctionnaires sont presque tous sortis de l’ENA. Ils sont censés connaître l’État. Chevillés, ils conduisent les politiques de l’Etat avec en bandoulière les lois et règlements qui régentent le fonctionnement de l’État.

En vérité, ce sont eux qui sont importants. Eux maîtrisent les dossiers. Les ministres sont de passage, eux sont fonctionnaires. La responsabilité du bon fonctionnement de l’État dépend exclusivement de leurs honnêtetés, leurs expertises et de leurs indépendances. Nous avons surtout besoin de bons fonctionnaires.

TAFFA GUEYE
ARCHIPO.INFO
SAILLIES DU PROFANE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici