Avec le drame des inondations, les radios de proximité sont de véritables outils pour la sensibilisation et l’information. Le quartier, la commune où la ville peut abriter une ou plusieurs stations. L’information locale y est accessible et se fait par des membres de la communauté pour la communauté. Mais face à cette situation de crise une des tares de la radio communautaire est mise à nue : le manque de formation. Le sujet est là. Dans tout le pays les eaux de pluies dictent leurs lois avec de nombreux dégâts.
Alors comment s’y prendre pour le traitement ? Qui choisir pour le faire. Est ce que avec une approche inappropriée , la radio ne peut pas pousser à adopter un mauvais comportement ?
À y voir de près, les patrons de radios locales ( elles n’appartiennent plus pour la plupart à la communauté ) ont changé l’objectif de ce médium. La promotion personnelle ou l’information générale est privilégiée au détriment des préoccupations principales des populations. Le choix du personnel se fait à l’humeur du chef. Un beau parleur est gpréférable à un véritable acteur communautaire.
Dans le cadre de cette calamité , la seule préoccupation aurait du être l’anticipation en amenant les communautés implantées à poser le problème et à donner des propositions de solutions avant l’hivernage. Pour cela il faut savoir sur quel pas de l’escalier de la résistance à l’action se trouvent les concernés. Face à ces inondations, plus que les avis de techniciens où d’autorités, les radios locales doivent accompagner en amont et en aval les collectivités pour trouver les solutions durables. Elles ne doivent pas se contenter de donner des informations et d’en faire le commentaire. Si l’État ne peut pas anticiper sur la situation, tout le monde était averti par les services de la météo.
Pour jouer leur véritable rôle, les radios de proximité doivent être un outil d’interactivité des gens, les uns les autres dans leurs milieux en vue d’apporter des changements de ce qui est bon et de ce qui est mauvais.
Dans la lutte pour l’amélioration et la sauvegarde de notre cadre de vie les médias locaux doivent toujours être guidés par les questions fondamentales : qui sommes nous ? Où sommes nous ? Où voulons nous aller et comment ?

Ousseyno Diallo

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici