Les grands sujets d’affrontements devraient rester les mêmes, avec l’arrivée au pouvoir de Joe Biden. Le nouveau président devrait toutefois tenter de mobiliser l’Europe et les pays asiatiques pour contrer Pékin.

Trois ans après le début de l’offensive de Trump contre la Chine, certaines tendances de fond semblent là pour durer. Tout d’abord la volonté américaine de contrer la montée en gamme technologique chinoise et d’empêcher toute contestation de l’hégémonie économique américaine.

Sur le premier point, Pékin a fait un pas en s’engageant, dans un accord bilatéral signé en janvier 2020, à accroître de 200 milliards de dollars ses achats aux États-Unis. Mais la négociation de la « phase 2 » de l’accord a été interrompue. Elle est pourtant essentielle puisqu’elle porte sur la protection des investissements étrangers en Chine, le respect de la propriété intellectuelle et la fin des transferts forcés de technologie.

lexpress

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici