Neuf heures à Kaolack. Le soleil a fini d’étaler ses rayons sur l’étendue de la commune. Nous sommes au marché au poisson de Kaolack. C’est déjà la grande ambiance avec le va et vient des consommateurs venus chercher du poisson.

Toutefois, ici, les mesures barrières sont installées dans toutes les entrées de ce lieu de commerce qui accueille beaucoup de personnes. Le port de masques et le lavage des mains sont obligatoires; Le directeur général du marché au poisson veille au respect strict de ces gestes barrières pour éviter la propagation du coronavirus. Cheikh Ndao n’hésite pas à descendre de son bureau et faire le tour des étals pour vérifier le respect de la distanciation sociale. Le comité de sécurité toujours en alerte se déploie par moment pour interdire l’accès des lieux aux récalcitrants. Loin de ce lot, les mareyeurs, eux, ont adhéré aux différentes stratégies de lutte contre le Covid-19. D’ailleurs à chaque descente, ils s’organisent pour nettoyer les lieux.

La pandémie avec son lot de désolation a impacté les chiffres d’affaires des marchands et les autres acteurs du marché au poisson. Selon Cheikh NDao, le directeur général,  « avec les restrictions appliquées au secteur du transport, le nombre de camions frigorifiques qui amènent le poisson a baissé. Du coup, 7 à 15 camions sont enregistrés par trois jours ». M. Ndao explique que les recettes sont standards, néanmoins toutes les études sont faites pour maintenir la mission de ce marché qui est d’assurer l’approvisionnement correct des populations de Kaolack et environs en poisson.

Ouramboni -Correspondant Archipo.info/Kaolack

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici