Niokholo Samécouta est fondé en 1702 par Diabél Touré et Dembo Diakhaby. Parmi les problèmes auxquels la localité est aujourd’hui confrontée figure en bonne place celui de l’eau. Un manque d’eau très récurrent. Les populations ne savent plus à quel saint se vouer à cause du liquide précieux qui se fait rare et même très rare. Les quelque 2.000 âmes qui y vivent se ravitaillent présentement au niveau d’un seul forage, le second étant en panne. Cette situation pousse femmes, jeunes et enfants vers les puits creusés à l’intérieur de certaines concessions pour s’approvisionner en eau.

Dans certaines localités, l’eau n’est plus utilisable parce que devenue noirâtre. Il faut alors la laisser se reposer quelques minutes avant de l’utiliser. La région de Kédougou, outre la localité de Niokholo Samécouta,  est touchée par ce manque d’eau. Et pourtant, Niokholo Samécouta est une zone où l’eau existe en abondance avec des cours d’eau qui pouvaient être utilisés pour soulager les populations. Déjà, en cette période de chaleur, l’eau est très utilisée mais la vie est de plus en plus difficile.

C’est pourquoi un front de revendications pacifique est en gestation qui regroupe des intellectuels pour défendre les intérêts de leur village. Les habitants sollicitent des autorités étatiques, locales et des personnes de bonne volonté une réaction adéquate pour venir à bout de ce manque criard d’eau qui poussent les femmes à passer des nuits blanches pour espérer avoir une bassine d’eau.

 

Arfan DIAKHITE – Correspondant Archipo.info/Kédougou

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici