Dans son adresse à la Nation du 11 mai, le président Macky Sall a autorisé la réouverture des lieux de culte. Mais cette annonce est diversement appréciée à Kolda.

Au nom de la communauté chrétienne, l’Abbé Martin Ngom de la Cathédrale de Notre Dame des victoires se veut clair : « La maladie est toujours là.  Rouvrir les lieux de culte est un risque ».

Par contre, on note un ouf de soulagement du côté d’Oustaz Sana Baldé: « Il faut que les gens prient et demandent au Bon Dieu de nous enlever cette maladie ». Et de poursuivre : « Je n’étais pas pour la fermeture. Mais la décision revenait au chef de l’Etat. Aujourd’hui, il revient sur sa décision. Au moment où on comptait 1 à 2 cas, on n’avait pas fermé les mosquées à cause de l’épidémie. Maintenant, on compte plus de 1000 cas, il décide de rouvrir les lieux de culte. Cela veut dire quoi ? Je me pose la question. On dirait que le pouvoir voulait tester le degré de la foi des musulmans ».

Oustaz Sana Baldé craint une autre frustration des fidèles musulmans du fait que le ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a précisé que « toutes les mosquées ne seront pas ouvertes au même moment. Car, il faut faire de sorte que ces lieux de culte ne constituent pas des lieux de propagation de la pandémie ».

Mais, Oustaz Baldé s’en accommode aussitôt : « Dès l’instant que Dieu a guidé ses pas, il a fait le bon choix, on le remercie ».

 

Abdoulaye SEYDI – Correspondant Archipo.info/Kolda

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici