Ouattara et Bédié se rencontrent. Idy et Macky se parlaient. Les uns et les autres se retrouvent. En fait, ils ne se séparent jamais totalement. Ils ont entre-eux des milliers d’amis en commun, de proches, de voisins qui maintiennent le dialogue de façon

plus ou moins visible et avec une très grande efficacité.

Il ne faut jamais miser sur le fait que deux politiciens africains ne se retrouvent plus jamais même si leurs querelles semblent atteindre le pont de non retour. Même si elles causent des milliers de morts. Ils trouveront toujours les raisons de copuler

et de se rabibocher sans fracas.

C’est alors aux supporteurs et autres partisans de savoir mettre de l’eau dans leur bissap dans les moments les plus tendus. Ils n’auront pas de place au dîner de réconciliation. Ils seront appelés surtout dans la justification des revirements malgré

les lots de morts.

Aucune vie ne mérite d’être prise à cause de la pratique politique. Ceux pour qui les uns et les autres courent, se chamaillent, se crêpent les chignons et sont tués ne valent pas de sacrifices. Ils restent toujours dans des calculs égoïstes et

égocentriques. Les autres sont toujours des sujets.

A Sénégal le jeu est politique est soutenu, supervisé et encadré par la classe maraboutique pour dire la politique depuis l’antiquité rime toujours avec la religion.

TAFFA GUEYE/SAILLIES DU PROFANE
M.B. NDIAYE/ ARCHIPO.INFO

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici