Ceux qui ne font rien, n’ont le droit que de se taire quand ceux qui font, font, même s’ils font mal ce qu’ils font. Surtout quand l’essentiel est juste dans le bien le faire ou faire mal.

C’est toujours malencontreux d’applaudir, de sourire quand ceux qui font, rencontrent des difficultés ou subissent des brimades dans leur faire. Surtout quand le fait est pour tous.

Faire est toujours laborieux et risqué quand ceux qui font se retrouvent solitaires alors que la popularité de la cause est évidente.

Dès lors que tout le monde doit faire et qu’un seul fait,Celui qui fait est un héros.

Quoiqu’il en soit nous nous faisons toujours solidaires à ceux qui font ce que nous n’avons pas le courage de faire. Surtout quand si le fait aboutit à un gain, ce gain est pour tous, au bénéfice de chacun.

Arrêtons de nous de nous calfeutrer dans les canapés de nos salons et de passer tout notre temps à critiquer ceux qui sont aux commandes puisque nous même nous sommes responsables.

En réalité celui qui défait est d’autant plus responsable que le peuple qui le laisse défaire.

Taffa Gueye/Saillies du profane

M.B. Ndiaye/archipo.info

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici