Le Real Madrid s’est adjugé son 34eme titre de champion d’Espagne, ce jeudi, en s’imposant contre Villarreal (2-1). Le Barça, de son côté, s’est incliné contre Osasuna (1-2).

C’est fait ! Trois ans après son dernier sacre, le Real Madrid remonte sur le toit de l’Espagne. Il n’y avait plus de place pour le suspense puisque la bande à Zidane n’avait besoin que de deux petits points pour parvenir à ses fins. Mission accomplie avec un succès pour la dernière de la saison à domicile, contre Villarreal, grâce à un Karim Benzema encore très inspiré. Au moment de faire les bilans, l’avant-centre français méritera tous les honneurs. Son rendement exceptionnel, sa justesse technique, son activité dans le jeu et son attitude impeccable de bout en bout ont permis à cette équipe de coiffer le Barça au terme d’un sprint final inoubliable.

Benzema, le symbole

Cette soirée décisive aura été particulièrement tranquille pour la bande à Zidane, avec un scénario idéal. En fait, l’affaire était déjà réglée à la mi-temps des deux matchs clés de la soirée. Comme à son habitude, le Real a plutôt maîtrisé son sujet sans afficher un visage clinquant dans le contenu. Il a fallu attendre la demi-heure de jeu pour voir les Merengue débloquer la situation grâce à l’inévitable Karim Benzema. Servi en profondeur par Luka Modric après une récupération haute, « KB9 » n’a pas tremblé pour ouvrir le score d’une frappe croisée imparable (1-0, 29e). C’était écrit : il fallait que le but du titre soit son œuvre.

Dans une posture confortable, le Real Madrid a pu faire parler son sens de la gestion après le repos, alternant phases de temporisation et accélérations. Sur l’une d’entre elles, Dani Carvajal, bien décalé, a réalisé un enchaînement de haut vol avant de buter sur Sergio Asenjo (54e). Mais c’est sur penalty que les Merengue ont doublé la mise. Et une fois encore, l’action du soir alimentera les débats. Sergio Ramos et Karim Benzema ont raté leur combinaison avant que l’arbitre ne fasse retirer le coup de pied de réparation, cette fois-ci transformé par le Français (2-0, 77e). Toni Kroos a trouvé la barre sur un missile (81e), mais c’est Villarreal qui a réduit le score par Vicente Iborra (2-1, 83e). Sans conséquence pour les Madrilènes, qui ont conservé leur avantage jusqu’au coup de sifflet final, instant de la délivrance pour un groupe uni comme les doigts de la main depuis la reprise du football.

Football 365

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici