Les derniers remparts de la cité.

Ils sont les derniers remparts de la cité. Tous les autres se sont effondrés ou sont entrain de s’affaisser. Les coups de boutoir reçus de l’extérieur et de l’intérieur sont entrain de mettre à terre les derniers fondements qui tenaient debout les remparts de tous les acabits.

Les remparts qui tiennent la cité ne sont pas des pierres mais des hommes comme l’a si bien affirmé le Colonel NDAW. Ce sont des hommes de part leurs statuts, leurs envergures, leurs postures qui s’érigent barrières et endiguent toutes les vagues qui menacent les fondements de la cité.

Ils ne nous restaient que les religieux de tous bords comme remparts solides du fait de la nature même de leurs postures. La religion est dans notre pays le seul espace qui gardait son prestige. Les religieux sont les seuls qui ont la voix audible. Ils ne souffrent d’aucune opposition, contradiction et contestation. De fait ils s’érigeaient en uniques référentiels de la nation.

Tous ceux qui ont en conscience l’importance et le rôle de ce rempart pour la consolidation et la solidité de la nation, doivent avoir du tact dans la saisie et la manipulation de tout ce qui engage ces derniers remparts de la cité. Le risque d’un effritement de la nation est non négligeable si le religieux perd son prestige.

TAFFA GUEYE/ARCHIPO.INFO
Saillies Du Profane

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici