Selon « Taking Stock», le dernier rapport de la BM, le Vietnam occupera la position de cinquième économie à la croissance la plus rapide au monde en 2021.

L’accord de libre-échange signé entre l’Union européenne et le Vietnam (Evfta), entrera en vigueur samedi après que toutes les procédures juridiques ont été finalisées. Cet accord, signé fin juin 2019 à Hanoï, doit supprimer pratiquement tous les tarifs douaniers entre le Vietnam et l’UE d’ici dix ans. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a indiqué dans un communiqué que l’économie européenne a maintenant besoin de toutes les possibilités pour retrouver sa vigueur. Dans le cadre de l’Evfta, l’UE et le Vietnam se sont engagés à ratifier les huit conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail (OIT), mais aussi à mettre en oeuvre l’accord de Paris et d’autres accords internationaux sur l’environnement.

Le Parlement européen avait donné son aval à l’accord lors d’un vote en février de cette année. Le Vietnam est un pays en pleine croissance, qui sert de plate-forme de production pour de nombreuses marques occidentales. Avec 45,5 milliards d’euros d’échanges de marchandises en 2019, il s’agit du deuxième plus grand partenaire commercial de l’UE en Asie du Sud-Est après Singapour, avec qui existe déjà un accord commercial. L’UE importe du Vietnam principalement des équipements de télécommunication, du textile et des produits alimentaires, tandis qu’elle exporte vers le Vietnam des machines et du matériel de transport et des produits chimiques et agricoles. Bien que l’économie vietnamienne devrait connaître une croissance de 2,8% en 2020, le taux de croissance le plus bas des 35 dernières années, elle assurera la position de cinquième économie à la croissance la plus rapide au monde, derrière un petit groupe de pays africains, estime la Banque mondiale (BM). La croissance du PIB vietnamien devrait rebondir à 6,8% en 2021, a indiqué la BM dans son dernier rapport «Taking Stock».

Le rapport estime également qu’avec des conditions extérieures moins favorables, l’économie ne progressera que de 1,5% en 2020 et de 4,5% en 2021. «Le principal défi pour le Vietnam sera de trouver de nouveaux moteurs de croissance pour consolider la reprise attendue. Il est peu probable que les sources traditionnelles de croissance du pays – la demande étrangère et la consommation privée – reviennent bientôt à leurs niveaux d’avant la crise, dans un contexte d’incertitudes persistantes tant au pays qu’à l’étranger», a relevé la Banque mondiale, ajoutant que la pandémie de Covid-19 a également provoqué une augmentation des inégalités, car elle affecte différemment les entreprises et les personnes. Selon l’institution internationale, pour s’adapter à la nouvelle normalité, les décideurs politiques doivent trouver de nouveaux moyens de compenser l’affaiblissement des moteurs traditionnels de la croissance tout en gérant les inégalités croissantes, soulignant qu’en devançant la courbe de la crise de Covid-19, le Vietnam a l’occasion unique d’accroître son empreinte sur l’économie mondiale et de devenir un chef de file dans le monde numérique de demain. Le rapport a suggéré trois mesures complémentaires pour que le gouvernement agisse afin que le pays puisse éviter le piège économique de Covid-19 et revenir à sa trajectoire historique de croissance rapide et inclusive, notamment la suppression des restrictions à la mobilité sur les voyages internationaux, l’accélération de l’exécution du programme d’investissement public et le soutien du secteur privé.

Le rapport de la BM préconise d’évoluer vers une économie «sans contact» en promouvant les paiements numériques, l’apprentissage en ligne, la télémédecine et le partage de données numériques et, ce faisant, contribuer à répondre à la demande de services de qualité en pleine expansion de la classe moyenne du pays.

L’Expression

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici