11 Novembre 1970, le Sénégal décrète un deuil national d’une semaine suite au décès du Général Charles DE GAULLE, un des principaux artisans de la décolonisation française en Afrique. De Gaulle espérait vivre jusqu’à 85 ans environ (c’est-à-dire jusqu’en 1975), ayant calculé qu’il aurait achevé ses Mémoires d’espoir. En août 1970, le plan du dernier tome est établi, et 2 chapitres sur 8 sont rédigés. Le 2 novembre, on fête la Saint-Charles (en avance de deux jours pour lui permettre de profiter de la présence de ses petits-enfants).

Le lundi 9, il se promène malgré le mauvais temps, et travaille à son livre. A 19 h 10, alors qu’assis à sa table de bridge, il fait une réussite selon ses habitudes, il est saisi d’un malaise à la suite d’une rupture d’anévrisme, et perd connaissance. A 19 h 15, lorsque le curé, convoqué avec le médecin, lui administre l’extrême-onction, il respire encore mais il est dans le coma. Il s’éteint à 19 h 30, étendu sur un matelas dans le salon. La famille ne fait diffuser la nouvelle que le lendemain matin, pour retarder l’afflux de visiteurs à Colombey, sa résidence. Le 10 novembre, à 13 h 00, dans une brève allocution radiotélévisée, Pompidou, nouveau président de la République, annonce officiellement la mort du Général : « La France est veuve ».

De Gaulle avait réglé ses obsèques dans un testament daté du 16 janvier 1952, établi en trois exemplaires remis, l’un à Georges Pompidou, le 2ème et le 3e à ses enfants Philippe et Elisabeth. Dedans, il souhaite que les obsèques soient très simples, aucun discours, aucune autre inscription que « Charles de Gaulle 1890…. », que sa tombe soit celle où repose déjà sa fille Anne et où un jour reposera sa femme, tout ceci à Colombey-les-Deux-Églises.

Une cérémonie officielle aura lieu à Notre-Dame de Paris, à 11 heures, en présence de nombreux chefs d’Etat, le jeudi 12 novembre 1970, ce jour décrété jour de deuil national.Cependant au Sénégal sous l’ère Senghor un deuil national d’une semaine est decrété.

SOURCES : senegaldates.com
jesuismort.com
archives/archipo.info

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici