Il est clair qu’aujourd’hui M Idrissa SECK pense beaucoup plus et avec beaucoup plus de confiance au statut de Président, chaque matin quand il se refait une barbe déjà sans poils. S’il y’avait une once de doute dans son esprit après les présidentielles 2019, ce doute s’est effacé. Il est clair qu’il connaît maintenant le chemin qui mène à la présidence et qu’il l’a résolument emprunté.

Il retrouve l’élan et parcourt les guides religieux qui valident à peu près son accompagnement avec Macky. Chaque mot reçu est un bonus car réceptionné avec l’entendement qui sied par la communauté dédiée. Idy sait où il pose les pieds et comment il les pose. Il ne fait pas le tour des villes religieuses pour se présenter mais pour gagner de la sympathie. La sympathie est le facteur décisif de chaque élection au Sénégal.

Ainsi dans l’inconscience de beaucoup, pas forcément présents dans les réseaux sociaux un peu élitiste, mais dans le cœur de l’opinion publique, il se prépare un Idy après Macky. Et cette inconscience est fabriquée par de petits actes, de petits mots anodins qui s’incrustent et installent une opinion majoritaire.

Connaître le Sénégal, c’est saisir les leviers qu’il faut manipuler pour gagner des élections. À le voir cheminer, chacun peut voir que cet homme qui n’a qu’une seule ambition est entrain de creuser son sillon avec une détermination et un calcul machiavélique. Toutefois ce que Idy doit mettre en bandoulière : c’est qu’au Sénégal à l’exception de Diouf dont l’accès à la présidence a été balisé, tous les autres présidents sont du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Taffa Gueye
Saillies Du Profane
M.B. Ndiaye/archipo.info