Trois jours après l’élection présidentielle américaine, les dépouillements continuent et l’attente des résultats se prolonge. Les États-Unis sont entrés dans une étrange période d’incertitude. Entre un candidat arrivé en tête mais qui ne peut pas proclamer sa victoire tant que le décompte des voix n’est pas terminé dans les derniers états en jeu, et un président sortant qui conteste les résultats et refuse de s’avouer vaincu, l’élection américaine apparaît comme suspendue.

Joe Biden, qui devait prendre la parole vendredi soir 6 novembre à 20 heures pour annoncer sa victoire, s’est fait attendre pendant plus de deux heures. Quand il est finalement apparu dans la soirée aux côtés de sa colistière, Kamala Harris, le candidat démocrate s’est contenté d’un discours en demi-teinte. « Nous ne pouvons pas encore faire une déclaration finale de victoire, mais les chiffres suivent une progression claire et convaincante : nous allons gagner cette élection », a annoncé Biden. Citant les résultats qui le donnent en avance sur Donald Trump en Géorgie et en Pennsylvanie, au Nevada et en Arizona, le démocrate a également appelé à la patience alors que le décompte des votes se prolonge dans ces états. « Je sais que ça peut avoir l’air lent à la télévision, mais n’oubliez jamais que les décomptes ne sont pas que des chiffres : ils représentent les votes et les électeurs ».

« La démocratie fonctionne. Votre vote sera comptabilisé. Je me fiche de savoir comment des gens essaient de l’arrêter. Je ne laisserai pas cela se produire », a ajouté Biden, dans sa seule allusion à son rival, dont il n’a même pas prononcé le nom.

Donald Trump n’a pas fait de nouvelles déclarations, mais ses accusations de fraude massives ont été reprises sur les réseaux sociaux et dans les médias conservateurs. Mais si elle sème le doute sur la régularité du scrutin, cette stratégie de contestation n’a pour l’instant pas donné beaucoup de résultats, notamment faute de preuves de ces fraudes.

Les juges de Géorgie et du Michigan ont rejeté les plaintes contestant le comptage des votes, et au Nevada un juge fédéral a refusé de modifier les procédures de dépouillement dans l’un des comtés. La Cour suprême des États-Unis a en revanche ordonné, sur demande des républicains, que les bulletins de vote de Pennsylvanie arrivés après le jour du scrutin soient comptabilisés séparément, avant que leur validité soit évaluée. Même si Trump annonce depuis des mois son intention de contester devant les tribunaux les résultats qu’il considère comme litigieux, son équipe juridique semble mal préparée.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici