Le journal l’observateur du jeudi 10 décembre 2020 a titré dans ses pages sports : les lions victimes de racisme racontent leur mésaventure. Dans ce dossier on peut lire : Ferdinand Coly, Pape Waigo Ndiaye, Pape Kouly Diop, Moussa Konate, Koulibaly… raconter leur vécu du racisme.Et toujours le raciste utilise les mêmes mots : négro, sale noir, singe et pour symboliser le tout la banane comme icône…

Le raciste lui ne sait peut-être pas toute l’histoire qui entoure l’utilisation du mot noir et de singe dans une même phrase. Il ne sait pas que certains brandissent des bananes pour insulter les hommes noirs et que sur les terrains de sport, des bananes sont balancées sur les joueurs noirs accompagnées de cris de singes. Ne pas savoir est une circonstance atténuante.

Il ne sait pas que beaucoup d’hommes, de femmes noirs ont payé de leur vie pour faire face à ceux qui associaient noir et singe. Il ne sait pas le long combat depuis l’esclavage des peuples noirs qui tout au long de l’histoire ont souffert du fait de la couleur de leur peau. Ignorer est une circonstance atténuante.

La circonstance atténuante n’absout pas la faute. Elle diminue la sanction qui doit être accompagnée d’un ensemble d’enseignements sur l’histoire des peuples noirs, sur le noir, le singe, la banane. Il ne sait pas…, il doit savoir d’autant plus que savoir est maintenant accessible et partout où l’on se trouve.

Sur le plan purement scientifique la couleur de la peau n’est pas un organe sens, c’est la touchée de la peau qui est un organe de sens. Donc il n’y a aucun sens à porter à la couleur de la peau puisque la couleur de la peau n’est pas organe de sens par conséquent, que la couleur soit : blanche, noire, jaune, orange, violette … n’a aucun sens.

La meilleure chose à faire est d’utiliser le même canal pour présenter des excuses à tous. Ensuite d’utiliser le même canal pour faire connaître l’histoire et enseigner aux masses le symbole des mots. La langue qui a fourché doit s’amender.
Tout n’est pas risible.

Taffa Gueye / Saillies du profane
M.B Ndiaye / archipo.info

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici