4 Décembre 1847

Réforme de l’organisation judiciaire au Sénégal : création d’un tribunal musulman spécial qui juge en matière de mariage, de divorce et de succession.Sénégal: La longue lutte des musulmans pour l’islamisation de la société

Au milieu du 19e siècle, les colonisateurs créaient des tribunaux musulmans pour calmer les populations des villes. Avant de les supprimer 50 ans plus tard.

Cette bataille a commencé en 1832 à Saint-Louis, alors ancienne capitale de l’Afrique occidentale française, située au nord du pays. Elle s’est poursuivie en 1843, 1844, avant d’aboutir en 1847, à la création d’un tribunal musulman spécial qui juge en matière de mariage, de divorce et de succession. Ce tribunal fut créé par les autorités coloniales de l’époque à travers une ordonnance datée du 4 décembre 1847, portant réforme de l’organisation judiciaire au Sénégal et visant la création d’un Comité Consultatif. Son rôle: se prononcer sur les questions du droit musulman qui lui seront soumises par les tribunaux.

Mais cette disposition n’a pas suffit à calmer les musulmans. Le 2 mai 1857, Faidherbe, un gouverneur militaire, dans un souci d’apaisement, créa un tribunal musulman. Il en confia la charge à un cadi (juge musulman). Celui-ci rendait la justice suivant la loi coranique de rite Malikite, très répandue en Afrique de l’Ouest. Il était aidé dans sa tâche par un suppléant qui le remplaçait en cas d’absence ou d’empêchement et d’un greffier.

Face à l’importance politique et économique croissante d’autres localités du territoire, le colonisateur décida de la création, le 24 mai 1862, de tribunaux islamiques dans les localités de Dakar et Rufisque (25 km à l’est de Dakar). L’expérience fut étendue progressivement aux autres métropoles sénégalaises.

Cependant, le décret du 10 novembre 1903 qui est à l’origine de la création de la justice indigène supprime les tribunaux musulmans de Saint-louis, Dakar et Rufisque. Les musulmans protestent contre cette volonté délibérée de l’administration de restreindre leurs libertés

archives/archipo.info

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici