Le Joola

J’avais décidé de respecter non une minute de silence mais une journée de silence, une silence en prières pour tous les disparus de la plus grande catastrophe maritime au monde. Oui, il faut toujours le rappeller, il n’y a pas eu dans le monde un drame en mer qui a fait autant de victimes en une fois sur un seul voyage. 1864 officiels, plus de 2000 selon tous les autres, il y’a avant le Joola et après le Joola.

Le 26 septembre est la date symbolique pour se remémorer les morts de tous les drames nationaux car elle fût la plus dramatique. Elle doit être l’occasion pour chaque sénégalais de se remettre en question individuellement et collectivement. Car beaucoup de ses drames ne sont pas qu’accidentels. Beaucoup sont le fruit de nos sénégaleries. Pour beaucoup, nous sommes individuellement coupables, collectivement responsables.

Aujourd’hui 18 ans, et personne ne peut jurer que nous avons fait tout ce qu’il faut et qui est en notre pouvoir pour ne plus vivre un drame pareil. L’effet de consternation dépassé, nous sommes retournés à ce que nous sommes véritablement: des sénégalais ni plus, ni moins.

Et malheureusement tous ceux qui sont nés après le Joola et qui sont majeurs peuvent ne pas savoir parceque n’ayant pas vécu le Joola en présence tout ce qu’être sénégalais nous a coûté ce jour du 26 septembre. Et plus malheureusement, ils ne sont pas par ignorance capables de changer ce qu’il faut dans le sénégalais pour ne plus revivre le Joola. Et les anciens trop englués dans le sénégalais ne peuvent créer mieux que ce qu’ils sont.

Ainsi nous pourrons facilement dire et avec rage: « Tout cela, pour ça ».

Taffa Gueye

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici