L’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio, candidat malheureux à la présidentielle de 2012, a été arrêté à New York vendredi dernier. La justice américaine le soupçonne d’avoir obtenu des concessions pétrolières au profit de l’entreprise dirigée par son co-accusé, un homme d’affaires chinois, en échange de pots-de-vins qui auraient été proposés à de hauts responsables tchadien et ougandais.

Les charges sont lourdes, et le scénario inattendu. Vendredi 17 novembre, l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a été interpellé à New York avant d’être présenté, le lendemain, à un magistrat. Selon un communiqué publié ce lundi par le Département américain de la Justice, cet ancien ministre d’Abdoulaye Wade, qui fut candidat à l’élection présidentielle de 2012, au Sénégal, est soupçonné d’être impliqué dans une affaire de corruption touchant de hauts dirigeants africains.

Au terme de l’enquête préliminaire conduite par plusieurs services fédéraux dont le FBI, la justice américaine a inculpé un homme d’affaire chinois, Chi Ping Patrick Ho, et Cheikh Tidiane Gadio pour corruption. Les deux hommes sont soupçonnés d’avoir proposé des pots de vin afin d’obtenir, au Tchad et en Ouganda, des concessions et marchés au profit du conglomérat chinois CEFC China Energy, une entreprise basée à Shanghai et travaillant dans le domaine de l’énergie et de la finance.

Ces sommes auraient été versées au plus haut niveau, via une ONG financée par cette firme, le China Energy Fund Committee, basée à Hong Kong, au titre de mécénat pour des causes caritatives. Selon l’acte d’accusation de la justice américaine, qui ne mentionne pas explicitement le nom des deux structures et n’a pas encore donné lieu à un débat contradictoire, le président tchadien Idriss Déby Itno et le ministre ougandais des Affaires étrangères, Sam Kutesa, auraient bénéficié de ces largesses.

L’affaire commence en octobre 2014, à New York. CEFC China Energy, qui convoite l’exploitation des champs pétrolifères tchadiens, souhaite devenir partie prenante d’une joint-venture aux côtés d’une entreprise dépendant du gouvernement chinois, la Chinese State Oil Company, qui opère déjà dans le pays. Celle-ci y a été condamnée à une amende de 1,2 milliard de dollars pour violation des réglementations environnementales.

Selon l’accusation, Chi Ping Patrick Ho se tourne alors vers Cheikh Tidiane Gadio. Ancien ministre des Affaires étrangères d’Abdoulaye Wade de 2000 à 2009, fondateur du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, l’homme a ses entrées chez le président tchadien Idriss Déby Itno. Ho attend de lui qu’il intercède au sujet de ce litige et qu’il en profite pour négocier des concessions pétrolières au profit de sa société, en évitant tout appel d’offre.

Jeune Afrique

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici